Apprendre à se parler au temps du coronavirus

Éprouvez-vous davantage de difficulté à communiquer dans le contexte de pandémie ? Est-ce que la tension a tendance à grimper rapidement avec vos collègues, vos colocataires ou vos proches ? Il faut savoir que le stress, l’incertitude, la promiscuité et la peur que nous vivons depuis bientôt un an constituent un cocktail explosif qui favorise la multiplication des conflits dans le contexte actuel. Et pour cause, on rapporte que les demandes de séparation ont doublé au Québec depuis le début de la pandémie de COVID-19. Que peut-on faire alors pour rétablir la communication avec notre entourage et créer ainsi un climat plus propice à la collaboration ? Voici quelques stratégies issues de la Communication non violente (appelée aussi CNV) que nous pouvons mettre en pratique :

  1. Observer sans juger (en parlant au « je »)
    Cela favorisera l’ouverture chez l’autre. En effet, un jugement est, le plus souvent, reçu et entendu comme une critique, ce qui provoque une fermeture et nuit à la communication. Ainsi, au lieu de dire : « Tu évites toutes les réunions de projet qu’on avait fixées », il est préférable de dire : « Nous avons un projet commun à rendre dans 3 semaines. Nous avons choisi ensemble les dates de réunion de travail. Sur les 3 dernières, j’ai travaillé seul ».
  2. Identifier et exprimer ses besoins et ses sentiments
    Cela permet de cibler la source potentielle d’une tension. Quand on exprime nos sentiments avec sincérité, cela permet à l’autre de comprendre notre point de vue et d’y répondre avec empathie. Par exemple : « Quand j’entends ces mots, je me sens rabaissé et triste. » « Je suis triste… ».
  3. Faire des demandes claires et sincères
    Nos modes de communication font souvent en sorte que nos demandes sont perçues comme des exigences, ce qui provoque de la résistance. Il est préférable d’utiliser un langage d’action clair et positif. Par exemple : « J’aimerais que tu me dises bonjour quand nous nous croisons le matin ».
  4. Recevoir avec empathie
    Avant de vous exprimer, soyez sûr que vous avez bien compris le message de l’autre et accueillez avec empathie ce qu’il vous dit. L’empathie exige de se décentrer de soi pour porter attention à ce que l’autre observe, ressent, veut et demande. Pour vous assurer d’avoir bien saisi le message de votre interlocuteur, vous pouvez le paraphraser, c’est-à-dire le reformuler en mettant en valeur ses observations, sentiments, besoins et demandes.

Parce qu’apprendre à se parler dans le respect de nos différences mutuelles, en ces temps difficiles, c’est aussi ça prendre soin de sa santé mentale !

Sandra Legagneur, Ph.D
Psychologue, conseillère en aide et soutien à l’apprentissage
Services aux étudiants
sae@etsmtl.ca