Je conserve mon équilibre

Des emplois perdus par milliers, des difficultés financières, de l’isolement, du stress et de la déprime, le moins qu’on puisse dire est que la pandémie de la COVID-19 a mis à rude épreuve la santé psychologique de la population. Et pour cause, une enquête* à laquelle ont participé plus de 8800 personnes, dont 1500 Canadiens, révèle que le taux de dépression majeure aurait avoisiné les 25 % en mai et juin dernier, une hausse de près de 7 %. L’enquête révèle que les idées suicidaires ont également bondi : près de 17 % affirment qu’ils se verraient mieux morts. L’enquête nous apprend aussi que pour faire face à cette crise, les Canadiens ont développé différentes stratégies, comme une activité physique accrue (64,3 % des répondants), une consommation d’alcool chez une personne sur trois (36,6 %), mais aussi la consommation de cannabis (15,6 %), plus élevée qu’ailleurs.

Puisque les répercussions de cette crise sur la santé mentale risquent fort de durer plus longtemps que la pandémie, il est primordial de mettre en place des stratégies pour conserver son équilibre et nourrir sa résilience. Voici quelques conseils pratiques recommandés par l’Ordre des psychologues :

  • Se mettre en action (par exemple, aider une personne âgée en faisant son épicerie) ;
  • S’informer auprès de sources officielles, s’appuyer sur des faits afin de relativiser la situation ;
  • Éviter la surexposition aux nouvelles et médias traitant de la COVID-19, car le cerveau surexposé est plus inquiet ;
  • Conserver ou intégrer de saines habitudes de vie dans son quotidien (bien s’alimenter, bouger, sortir à l’extérieur, bien dormir) ;
  • Rester en contact avec les gens qui vous font du bien en suivant les directives de la santé publique ;
  • Si vous avez de la difficulté à dormir, limitez votre temps devant un écran au moins une heure avant de vous coucher et tentez de faire des exercices de relaxation ;
  • Créez une routine et variez vos activités ;
  • Pratiquer des exercices de relaxation, de méditation, de yoga, de respiration et de pleine conscience ;
  • Participer à des séances de groupe de soutien en ligne ;
  • Faire preuve d’autocompassion et d’indulgence envers soi-même et les autres ;
  • Cultiver l’empathie et la bienveillance auprès de vos proches ;
  • Utiliser, dans la mesure du possible, les stratégies qui se sont avérées efficaces pour vous par le passé ;
  • Si vous faites du télétravail ou devez rester à la maison auprès de votre famille, tentez de vous réserver des moments en solitaire et afin de vous reposer, lorsque cela est possible.

Vous n’allez pas bien ? N’hésitez pas à rejoindre le service d’aide psychologique des Services aux étudiants

sae@etsmtl.ca

*Enquête chapeautée par la Direction de santé publique de l’Estrie/INSPQ

Sandra Legagneur, Ph.D
Psychologue, conseillère en aide et soutien à l’apprentissage
Service aux étudiants